D’ de Kabal au CBA

L’artiste, auteur et interprète d’ Agamemnon, l’Opéra Hip- Hop d’après l’œuvre d’Eschyle, est venu à la rencontre des 3èmes A du collège Romain Rolland avant et après la représentation de sa pièce.

      - Les collégiens ont  découvert l’univers du comédien, slameur et rappeur… Il leur a parlé de son itinéraire, de ses influences, de ses thèmes de prédilection… mais  aussi d’Eschyle, de la tragédie antique, de la difficile transposition de la logorrhée antique. Son spectacle est un « spectacle total » :

« La Tragédie Grecque était un spectacle total, alliant proférations, chants, musique et danses. Le Hip Hop, à la manière de la Tragédie Grecque est une culture du spectacle total : il est composé de cinq disciplines distinctes (le rap, le DJing, le break dancing, le graffiti, le beatboxing).  mais qui peuvent, dans un même espace scénique, exister ensemble, à l'unisson et dans une harmonie parfaite. »

Les créations scéniques de l’artiste sont nombreuses, elles explorent tous les possibles de l’univers hip-hop, vécu comme un fait culturel, à part, mais, à part entière :

  • Les Enfants perdus
  • Créatures  (créé au Festival d’Avignon)
  • Silenciô, l'Enfant sans Nom
  • Le Petit Chaperon en sweat rouge
  •  Agamemnon, Opéra Hip-Hop

      - Ils ont aussi expérimenté la technique du beat-box et improvisé une chorale-rap autour d’extraits de la pièce Agamemnon et de chansons du répertoire de D’ de Kabal.

Le Théâtre de Nîmes a rapporté «  l’événement » sur son compte Facebook.      Article

D' de Kabal et  les 3°A

 

 

 

 

 

 

 

         - Pour en savoir un peu plus sur D’ de Kabal, rendez-vous sur les sites de l’Avant-Seine et de R.I.P.O.S.T.E.

Liens :

http://www.lavant-seine.com/spectacle-total-selon-d-kabal/                          

http://www.d2kabal.com/spectacles_14.html

 

        - Son album rap « (Re)fondations » est en téléchargement libre, légal et gratuit sur le site de son groupe R.I.P.O.S.T.E

 

                                                                                                F. Bennaceur